Les peuples d’Amazonie et le Covid 19 : reflexions…

Génocide, ethnocide et écocide peuples autochtones au Brésil

De plus en plus, gestionnaires et décideurs des politiques de l’Amazonie puisent dans les savoirs des peuples autochtones pour trouver une solution soutenable et durable aux graves problèmes actuels de cette immense région du Brésil, dont la France fait aussi partie.  Les peuples autochtones qui y habitent depuis des siècles tirent de leur mode de vie de nombreuses leçons sur la durabilité de la vie humaine et les enjeux environnementaux.

Des nombreuses données existent, recueillies par des chercheurs, des biologistes et des spécialistes des sciences sociales dans le réservoir culturel des peuples autochtones qu’ils considèrent comme une source importante de connaissances. Ce projet documentaire traite précisément de cela et entend, dans un récit cinématographique, donner une visibilité à cet héritage ancestral d’un peuple du nord-ouest de l’Amazonie. 

Pendant de nombreuses années, plusieurs anthropologues, dont Renato Athias, ont fourni une vaste documentation ethnographique sur la culture des Hupd’äh en mettant l’accent sur les aspects épistémologiques et ontologiques de la relation de ce peuple avec son environnement. Ces aspects seront soulignés dans le documentaire via le récit de Renato Athias. Dans sa narration, il puise dans les expressions utilisées par les Hupd’äh lorsqu’il s’agit de donner des réponses aux questions qui se posent aujourd’hui en Amazonie. Car il est important de sauvegarder la richesse des connaissances sur la vie amazonienne qu’ils possèdent.

Depuis plus de cinq siècles, les peuples d’Amazonie ont été décimés par les maladies apportées par les colonisateurs européens. J’écris ce dossier sur ce peuple dans un moment particulièrement délicatde leur existence.

 Aujourd’hui les Hupd’äh sont à risque de ce que nombreux dirigeants Amérindiens appellent un “Génocide”. A l’heure de la pandémie planétaire du Coronavirus qui se propage rapidement à travers le Brésil, les peuples Amérindiens sont menacés de disparition car ils n’ont aucun moyen de combattre ce virus. Cette région est sans équipement, sans défense sanitaire et sans les soutiens des institutions gouvernementales. Il y a une pression internationale des ONG, de regroupements d’artistes, de scientifiques et d’intellectuels pour avertir l’opinion publique. A travers cette mobilisation, on demande aux dirigeants brésiliens de « prendre des mesures immédiates pour sauver les peuples autochtones du pays d’un génocideCovid-19 ». 

 Plus de 600 leaders indigènes brésiliens se sont réunis en pleine forêt autour du chef emblématique Raoni Metuktire pour dénoncer la politique « de génocide, ethnocide et écocide » encouragée selon eux par le gouvernement Bolsonaro. Ces chefs amérindiens regrettent que « les menaces et les paroles de haine du gouvernement encouragent la violence contre les peuples indigènes et les assassinats de leurs leaders”. En 2019, au moins huit dirigeants indigènes ont été assassinés. Le rapport sur la violence contre les peuples autochtones au Brésil, publié par le Conseil missionnaire indigène (Cimi) en 2019, révèle une forte offensive contre les peuples autochtones, avec une augmentation des invasions, de l’accaparement des terres, de l’exploitation minière illégale et du vol de bois. Outre le gel des processus de démarcation des terres, cette agence souligne la «permissivité» du pouvoir public -qui a commencé avec le gouvernement Temer et s’est aggravée sous la présidence de Jair Bolsonaro- face aux crimes commis contre les populations indigènes. Selon ce rapport, en 2018, il y a eu 109 cas d ‘«invasions possessoires d’exploitation illégale des ressources naturelles», contre 96 cas enregistrés l’année précédente. Le document indique qu’au cours des neuf premiers mois de 2019, il y a eu 160 cas d’invasion. Il souligne également la survenue de plus de 100 cas de suicide parmi les populations autochtones en 2019. Outre l’occupation illégale de leurs territoires, les populations autochtones souffrent de séquestration sur leurs terres. Dans le territoire Dourados, situé auMato Grosso do Sul, environ 13000 autochtones sont ainsi contraints à vivre dans moins de 3.500 hectares. Dans les régions surpeuplées, prises en sandwich entre les clôtures agricoles et l’asphalte des autoroutes, l’incidence du suicide est très élevée.

par Renato Athias, Mina Rad et Luigi Elongui

Les articles de Renato Athias, ethnologue, chercheur et réalisateur : 

http://renatoathias.blogspot.com

https://neip.academia.edu/RenatoAthias

Pour plus d’information :

Séminaire NEPE traditionnel : Webinaire NEPE au temps de la pandémie  Coronavirus, Covid-19 et leçons des peuples autochtones dans la lutte contre les ennemis invisibles.

Avec :

Elsje Legrou (IFCS-UFRJ)

Xicê Fulni-ô (Especialista de Cura Tradicional)

Dagoberto Azevedo Yepamahsã (PPGAS/UFAM)

Renato Athias (NEPE/UFPE)

Lien de Webinar à voir : https://www.youtube.com/watch?v=FOn34h5MGR0&feature=youtu.be


Pour aller plus loin :

Ecoutez les prodcast :

Acompanhe os podcasts com participação dos/as integrantes da REMDIPE:
🎧 Podcast Expressão Livre #10 – Direitos Humanos dos povos indígenas e a COVID-19 com Ana Glória Melcop. Expressão Livre DH 🔈 https://spoti.fi/3c9Tfpa
🎧 #5 – Anthropológicas – Renato Athias (PPGA-UFPE): Da questão indígena e a COVID-19 https://spoti.fi/3dsdEGk
🎧 #8 Anthropológicas – Eliene Putira Sacuena e Elisa Pankararu – Abril Indígena e a COVID-19 https://spoti.fi/3fwPR9T

•Spotify: https://spoti.fi/3c9Tfpa 

Les articles de Lúcio Flávio Pinto est  journaliste, Sociologue, rédacteur en chef de Jornal Pessoal, publication alternative qui circule à Belém (PA) depuis 1987. Auteur de plus de 20 livres sur l’Amazonie…..

Le ciel s’est transformé en cauchemar

« Lorsque les militaires, au milieu de la dictature, commandèrent et dirigèrent la marche vers l’Amazonie dans les années 1970, ils garantirent qu’ils transformeraient cette région, celle qui devint plus tard brésilienne, la dernière à s’intégrer par voie terrestre avec le reste du Brésil, abritant  la plus grande forêt tropicale et le plus grand bassin fluvial de la planète, sur la nouvelle et riche frontière du pays. De l’exploitation de qui la nation extrairait des sources d’accès aux plus grandes économies du monde.

Dans ce dernier, les paysans sans terre auraient enfin accès à la propriété d’un terrain, donnant naissance à une nouvelle classe moyenne rurale, libérée de siècles de dépendance vis-à-vis des propriétaires fonciers dans le reste du pays. Un développement accéléré serait concilié avec le respect des autochtones et de l’environnement. La dernière page de la Genèse, que le divin créateur a déléguée aux hommes dans cette immense région, avec la plus grande biodiversité de la Terre, serait enfin écrite.« 

***Amazon, un monde oublié de Lucio Flavio Pinto :

***Catastrophe amazonienne :

***Une pandémie démocratise le pouvoir de tuer, selon l’auteur de la théorie des «nécropolitiques»

Le philosophe camerounais Achille Mbembe étudie comment les gouvernements décident qui vivra et qui mourra

https://www1.folha.uol.com.br/mundo/2020/03/pandemia-democratizou-poder-de-matar-diz-autor-da-teoria-da-necropolitica.shtml?fbclid=IwAR3nakDIksnuEd20S5k8msSZtcqKoRuB0CQpUoVjppk1L_To3pWPSma7qQY

***Les articles publiés dans Revista Harvard Review of Latin America

Une réévaluation des besoins urgents un article de Par Marcos Colón

Amazônia Redux

Une rencontre avec un groupe de dirigeants autochtones……

https://revista.drclas.harvard.edu/book/amaz%C3%B4nia-redux?fbclid=IwAR2kViA6RpGlc2m46BIZssSZF_JJqC9-FPIqpDqVofHGCQ3epHtvi8I_L_c

Un article publié à Publié à Revisit , Harvard Review of Latin America

Marcos Colón dirige le programme de portugais au Département de langues et linguistique modernes de la Florida State University; il est également l’auteur, le réalisateur et le producteur de Beyond Fordlândia: An Environmental Account of Henry Ford’s Adventure in the Amazon

Approche de COVID-19 en Haute Amazonie

https://revista.drclas.harvard.edu/book/approaching-covid-19-upper-amazon

Ajout d’expérience autochtone et prudence

Par Ted Macdonald

Article par Ted Macdonald est chargé de cours en sciences sociales et membre du corps professoral de DRCLAS à Harvard. En tant qu’anthropologue intéressé par les droits de l’homme, il travaille avec des organisations et des individus autochtones d’Amazonie depuis les années 1980 et a conseillé de nombreux étudiants de Harvard intéressés de la même manière. Il est actuellement membre du groupe de travail SALSA COVID-19 . 

 ***Impact des attitudes anti-scientifiques sur la pandémie de coronavirus au Brésil

Les chercheurs brésiliens ont une bataille entre leurs mains. Le pays compte le troisième plus grand nombre de cas confirmés de COVID-19 au monde, avec plus de 300 000 infections et 20 000 décès. Les scientifiques doivent combattre non seulement le coronavirus, mais aussi la position anti-scientifique du gouvernement.

COMMENT LA SITUATION A-T-ELLE AFFECTÉ LA RECHERCHE QUI N’EST PAS LIÉE AU CORONAVIRUS?

Les universités sont fermées et on ne sait pas quand elles rouvriront. Cela retarde la recherche, en particulier la recherche expérimentale. De plus, être physiquement présent est très important. Vous allez déjeuner avec quelqu’un et vous avez des idées, vous parlez de manière informelle. Je ne sais pas comment zoomer quelqu’un et dire: «Ayons une idée» – cela ne fonctionne pas comme ça. Les conversations me manquent vraiment lorsque nous parlons d’autre chose et cela mène à une nouvelle idée. Ne pas avoir cela affectera certainement le développement de la science

https://www.scientificamerican.com/article/how-anti-science-attitudes-have-impacted-the-coronavirus-pandemic-in-brazil/?fbclid=IwAR0jlV-v69h4-CkdtYzfOWelyx-A3wHepUpC8rvdWguCieuW2EZaAGdQRjk

https://www.nationalobserver.com/2020/03/24/news/covid-19-crisis-tells-world-what-indigenous-peoples-have-been-saying-thousands-years

The coronavirus reminds us that the balance of the Earth is in danger, and we need to maintain our delicate balance of diversity,” Sucre Romero said. “More than 25 per cent of medicine comes from forests. If we lose our forests, we lose our medicines, too.”……
Deforestation, loss of biodiversity and expansion of large-scale industrial development are related to pandemics, Indigenous leaders say.

NATIONALOBSERVER.COM
COVID-19 crisis tells world what Indigenous Peoples have been saying for thousands of years
Deforestation, loss of biodiversity and expansion of large-scale industrial development are related to pandemics, Indigenous leaders say.

Article from Ascott Wallace

https://www.nationalgeographic.com/history/2020/06/disaster-looms-indigenous-amazon-tribes-covid-19-cases-multiply/

Le grand et éternel leader Amérindiens Paulinho Payakan nous a quitté ……encore un leader qui a été touché par Covid 19…Each time an Amérindien leader die, a librairie is disappearing … …..Les propos de ce leader considéré comme « A man who would save the world » fait echo encore aujourd’hui……….. Ecoutons Paulinho et Irekran Payakan, Les militants écologistes, en 2018….La Témoignage enregistré lors du Mekukradjá – Cercle de connaissances des écrivains et réalisateurs autochtones, en août 2018, à São Paulo

https://www.uol.com.br/ecoa/reportagens-especiais/entrevista-dario-kopenawa-fala-sobre-enfrentamento-a-garimpo-e-covid-19-pelos-povos-indigenas/#tema

….«POURQUOI CES GENS PAIENT-ILS TOUJOURS LE PRIX LE PLUS ÉLEVÉ?»

L’Amazonie s’étend sur neuf pays d’Amérique du Sud, mais la grande majorité de ses populations autochtones vivent à l’intérieur des frontières du Brésil. Reconnaissant une responsabilité mondiale, le gouvernement brésilien a fait de la préservation et du service des communautés éloignées l’une de ses fonctions principales. Il a consacré leurs droits dans la constitution, délimité de vastes terres – plus de 13% du territoire brésilien – en tant que réserves indigènes et fondé des agences tentaculaires pour s’occuper d’eux. Le Brésil est devenu un porte-étendard mondial dans la défense des droits des autochtones…….https://www.washingtonpost.com/world/the_americas/coronavirus-brazil-amazon-indigenous-deaths-kokama-tikuna/2020/06/12/d4032bca-aa73-11ea-9063-e69bd6520940_story.html

https://information.tv5monde.com/info/amazonie-le-cacique-paiakan-est-mort-du-coronavirus-363775