Les voix des instituteurs Hupd’äh d’AMAZONIE

un film de Mina Rad et Renato Athias en développement


Le nombre alarmant de suicides chez les Amérindiens et le désespoir collectif qui domine ce peuple nous montre que ce film est aussi une nécessité et une urgence.

Depuis que Renato Athias dans le cadre de ses activités avec des associations de la région Rio Negro, avait formé des instituteurs en langue écrite  pour enseigner dans les écoles, cinq instituteurs sur vingt se sont suicidés !

« Ça se passe depuis des années. Et, ils nous montrent, avec leur propre vie, qu’ils ne sont pas compris, qu’ils ne sont pas entendus et surtout que d’autres décident de leur façon de vivre »  dit Renato Athias. 

Après cinquante ans de travail sur le terrain, l’ethnologue s’interroge sur les moyens de défendre leur identité culturelle des Hupd’äh : comment apporter de l’espoir à ce peuple ?

Ce film trace les voix des vingt instituteurs Hupd’âh d’ Amazonie qui ont été formé par Rentao Athia set des associations de la région de Rio Negro. Non sommes curieux de comprendre la situation des Amérindiens et de comprendre pourquoi le Brésil en est arrivé là. On parle de « génocide des Amérindiens » et « suicides » . Comment ? Pourquoi ?

Les voix des instituteurs Hupd’äh d’AMAZONIE , est raconté épar Renato Athias. C’est crée en mémoire des cinq instituteurs qui ont suicidé. C’est notre manière de faire entendre leurs voix .

Nous sommes en 1972, sous un régime dictatorial. Renato Athias défend la culture et l’éducation au Brésil dans les principes de l’autodétermination des peuples. Alors étudiant, il s’engage dans les mouvements d’alphabétisation des adultes. Il est arrêté par les militaires : des missionnaires lui proposent d’aller dans la région du haut Rio Negro pour donner des cours de brésilien aux amérindiens.

C’est la première rencontre de Renato Athias avec les Hupd’äh, regroupés en villages, selon les désirs des missionnaires. Il remarque que cette organisation n’est pas en harmonie avec leurs façons traditionnelles de vivre.

Il apprend leur langue et décide de créer une graphie pour la langue Hup. Avec la collaboration de divers groupes Hupd’äh, il élabore le premier dictionnaire en langue écrite Hupd’äh, oeuvrant ainsi pour l’alphabétisation de cette ethnie amérindienne qui s’éteint peu à peu. Il forme également une vingtaine d’instituteurs venant des vingt villages différents Hudp’äh qui prennent son relais et ouvrent des écoles dans leur région, avec le soutien des municipalités.

Et depuis 2016, grâce à la conscience qu’ils ont pris d’eux-mêmes par le recours à la langue écrite et à l’alphabet, ils sont devenus leur propre porte-parole afin de défendre leur situation face à l’Etat. Ces instituteurs luttent toujours pour que la municipalité où ils vivent puisse assumer une éducation écolière aux Hupd’äh en respectant leur culture et leur façon de vivre. 

Depuis que Renato Athias avait formé des instituteurs en langue écrite  pour enseigner dans les écoles, cinq instituteurs sur vingt se sont suicidés ! « Ça se passe depuis des années. Et, ils nous montrent, avec leur propre vie, qu’ils ne sont pas compris, qu’ils ne sont pas entendus et surtout que d’autres décident de leur façon de vivre »  dit Renato Athias. 

Après cinquante ans de travail sur le terrain, l’ethnologue s’interroge sur les moyens de défendre leur identité culturelle des Hupd’äh : comment apporter de l’espoir à ce peuple ?

En définitive, il consacre sa vie, toujours avec les soutiens des diverses associations à tenter d’apporter une meilleure éducation à ce peuple, selon les critères de ce dernier.  

En empêchant les gens de vivre, avec leurs différences, leurs propres identités, en les empêchant de puiser dans leurs  leurs cultures et leurs racines, on les pousse au suicide.

Avec ce film, nous souhaitons dénoncer cette misère et montrer , que détruire l’autre ne peut mener qu’au totalitarisme et à la disparition de l’humanité : nous pourrais apporter une graine d’espoir pour toutes les générations du futur.

Que les voix des instituteurs continuent …….

Pour aller plus loin :

http://renatoathias.blogspot.com

500 Anos- Outra Historia : This film presents the national meeting of the Indigenous people in Brazil during the celebration of the 500 hundreds years of the European invasion. This film have been produced by the Laboratory of Visual Anthropology (LAV) of Federal University of Pernambuco (UFPE) Brazil. LAV-UFPE Director: Renato Athias Assistent Direction: Juliana Lobo