ESPRIT, JUNGLE ET FLEUVE MEMOIRES DES MONDES DES HUPD’ÄH d’AMAZONIE

un projet de film de Mina Rad en développement écriture …..

Faire ce film est mon devoir

Après un demi-siècle de recherches, l’ethnologue brésilien Renato Athias revient sur le territoire du peuple Hupd’äh, au cœur du nord-ouest de l’Amazonie, pour restituer l’ensemble de ses recherches et de sa production. Il réalise ainsi une promesse faite au petit-fils de l’un de ses maîtres, qui lui a fait découvrir les mondes des Hudpd’äh. 

On disposera au cours de ce voyage, d’un précieux matériel virtuel sur les Hupd’äh : enregistrements de mythes, de musique, des généalogies des clans locaux, de photographies et de films sur les végétales utilisés par les Hupd’äh (la coca, le tabac, la ayauaska et le paricá). 

Renato Athias rendra compte à la Fédération des Organisations Indigènes du Rio Negro (FOIRN) de toutes ses investigations récentes sur les objets chamaniques des peuples autochtones de la région qui se trouvent dans les musées d’Europe et des États-Unis. Cela dans la perspective de « rapatrier » les objets pris dans cette région il y a plus de 200 ans et de constituer l’expérience innovante, et non dépourvue d’une forte charge émotionnelle, du premier Musée virtuel des peuples autochtones de Rio Negro. Les Amérindiens de la génération actuelle pourront ainsi regarder pour la première fois les artefacts utilisés par leurs ancêtres. 

Renato Athias chez les Hupd’äh

Je présente dans ce film la recherche de cet ethnologue qui pose l’acte du rapatriement virtuel des objets et le centre de documentation de ces mêmes objets, y compris ceux appartenant aux liturgies sacrées, chamaniques. Le but étant de sauvegarder ce précieux patrimoine culturel en danger. 

Dans cette quête, l’histoire, les traditions et la cosmologie des Hupd’äh se dévoilent à travers les récits et les archives inédits de Renato Athias, qui en est le « traducteur » et le colporteur. 

Synopsis

L’histoire d’un musée qui prolonge la vie d’une ethnie : deux milliers d’Amérindiens du Brésil…Pour la faire connaitre : un homme, Renato Athias, ethnologue, à l’origine d’un musée et d’un centre de documentation virtuelles, où l’ on découvrira  tous les objets traditionnel de l’ histoire des peuples amérindiens. Soutenu par des associations indigènes, après avoir oeuvré aux côtés des plus faibles et au terme de sa vie et de son parcours, Renato Athias, est parti à la collecte de ce patrimoine vivant avec un objectif : le transmettre, le léguer, aux futures générations. Dans cette quête, il est entouré de ses amis au sein des Fédération des Organisations Indigènes du Rio Negro (FOIRN).

Ces archives, ses photos, ses films retracent à la fois son parcours et l’histoire des Amérindiens du Brésil à qui il réussit à redonner vie. 

Les Hupd’äh vivent dans des zones inter-fluviales du bassin du Fleuve dans la Région du Haut Rio Negro. Cette tribu fait partie de la famille linguistique Maku, l’une des 210 langues des Amérindiens du Brésil. Au nord-ouest de ce pays à la frontière de la Colombie entre les deux fleuves Papuri et Tiquié, se cachent environ deux milles êtres qui résistent toujours à toutes sorte de dominations. Cette communauté amérindienne est considérée comme l’une des plus basses dans la hiérarchie sociale de la région. En 2020, comme depuis des décennies, les Hupd’äh luttent pour garder leur identité et conserver leurs culture et leurs traditions ancestrales. Leur sort est mêlé à celui de Renato Athias qui a consacré plus des trois quarts de sa vie à leur rendre justice, espérant ainsi participer à la survivance de cette ethnie à l’identité culturelle forte.

Ce film est une urgence